Et voilà que les conservatismes repartent dans les mouvements convulsionnaires qui les agitent chaque fois qu’il est question de cannabis. Pour aujourd’hui, le « coupable » est Barack Obama. Coupable de quoi ? Le président américain a commis une déclaration assez dans sa manière habituelle qui consiste à ménager la chèvre et le chou. Selon lui, fumer de la marijuana n’est pas plus dangereux que boire de l’alcool mais cela reste « une mauvaise idée ». Propos anodin. On est assez loin du prosélytisme même si l’on peut se demander ce qu’il a voulu dire exactement puisqu’il ne manque jamais une occasion de se faire filmer avec une bière à la main. Le très prude Bruno Lemaire, qui promène depuis quelque temps son gros bons sens réactionnaire mais débonnaire sur toutes les chaînes de télévision, a cru nécessaire de préciser que, pour sa part, il était un « bon buveur de vin » mais qu’il n’avait jamais touché au chanvre indien. A vrai dire, personne ne soupçonnait cet enfant de chœur attardé de la moindre turpitude. Bruno Lemaire surpris fumant un joint, ce serait Franck Ribéry lisant un livre sans images ou Christine Boutin en goguette à Pigalle.

Un autre parlementaire de l’opposition se distingue régulièrement par ses diatribes contre l’affaissement de nos mœurs. L’échec de notre ligne prohibitionniste est si patent et les statistiques sur l’usage de cannabis tellement parlantes que M. Ciotti a proposé d’instaurer un système de contrôle dans les lycées. Pas des tests sur les lycéens qui titubent ou qui affichent des airs évaporés, non un vrai contrôle a priori, systématique mais inopiné. Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? On ne contracte jamais trop tôt le goût d’une police efficace. Il serait bien d’établir ce nouveau dispositif au collège, à l’école primaire, voire à l’école maternelle car le danger est grand.

Les tenants de l’inflexibilité façon Guéant-Valls se réfugient d’ailleurs derrière un argument qu’ils prétendent avoir emprunté aux scientifiques : selon eux, tous les toxicomanes accros à des drogues dures ont commencé en fumant du cannabis. C’est sans doute vrai. Comme il est vrai que presque tous les responsables d’accidents automobiles ont commencé leur carrière en faisant du vélo dès le plus jeune âge. Il est donc urgent de réprimer l’usage de la trottinette et la consommation de fraises Tagada.

Eric Ciotti ne se trompe pas plus d’adversaire que Bruno Lemaire ; il ne dit rien des pratiques alcooliques dypsomaniaques de plus en plus fréquentes chez les adolescents. Elles posent pourtant un vrai problème économique bien relevé par Jean-Marie Gourio dans la belle collection qu’il a intitulée « Le Grand Café des brèves de comptoir ». Dialogue : « – Ils boivent de l’alcool dans la cour de récréation ! – Et pendant ce temps-là, le café en face du lycée est vide… »

Publicités