Qu’on aime le Ministre de l’intérieur ou qu’on ne l’aime pas, il faut bien lui reconnaître le mérite de la franchise. Alors que ses prédécesseurs de tous les bords politiques avaient une tendance marquée et dénoncée par les syndicats de policiers à manipuler leurs statistiques, Manuel Valls vient de concéder publiquement que la délinquance avait augmenté, alors même qu’il se proposait, lui aussi, d’inverser la tendance. Mais le complimenter pour son honnêteté ne revient pas à s’accommoder de la malhonnêteté des délinquants.

Nous avons déjà dit ici notre opinion sur la légalisation du cannabis qui contribuerait grandement à dégonfler les chiffres de M. Valls. N’y revenons pas puisque, pour le gouvernement, le sujet est tabou. Au moins pourrait-on améliorer les résultats de la police si l’on acceptait de dépénaliser la micro-délinquance, au demeurant souvent sympathique.

On vient ainsi d’arrêter un faussaire en Polynésie. Le dénommé Athanase Teiri, par ailleurs retraité de l’enseignement, s’était proclamé, oxymore étonnant, roi de la République Pakumotu sous le nom de Taginui Ho’e. Il avait estimé qu’il était de ses prérogatives monarchiques de battre monnaie. C’est littéralement ce qu’on appelle un pouvoir régalien. Le bon souverain avait donc imprimé, pour des sommes colossales mais assez théoriques, de grosses liasses de patu, puisque telle est la devise de Pakumotu. Le tribunal correctionnel de Papeete vient de le condamner à six mois de prison ferme. Notre point de vue est que l’artisanat, fût-il royal, n’est pas encouragé à l’heure où le Président de la République dit sa confiance dans les petites entreprises.

Autre exemple, s’il faut convaincre de la bonne volonté de certains délinquants. A Grenoble, le quartier Mistral est d’ordinaire mis en coupe réglée par les dealers de haschich. On ne sait s’il s’agit des effets de la création par M. Valls des zones de sécurité prioritaires, mais ces commerçants loyaux ont apposé une petite affichette sur l’immeuble qui leur tenait lieu de QG et de supermarché. On y lisait cette annonce : « Fermeture exceptionnelle. Toutes nos excuses. Réouverture prochainement. Merci de votre compréhension ». Voilà des détaillants bien préoccupés par le confort de leur clientèle. Ils sont fermés pour cause de travaux policiers et ils préviennent les habitués tout en leur laissant espérer une reprise prochaine du trafic. Nous n’irons pas jusqu’à suggérer des encouragements pour ces jeunes gens bien élevés mais alors qu’on se plaint beaucoup des incivilités, il est agréable de voir que les bonnes manières ne se perdent pas.

En plus sérieux, les services de la Garde des Sceaux et du Ministre de la justice semblent s’être entendus pour libérer Philippe El Shennawy après la bagatelle de 38 années de détention. On ne sait s’il faut saluer ce geste d’humanité ou s’étonner d’un système répressif aussi entêté.

Ceux que les monarques autoproclamés de l’Océan Pacifique intéressent pourront se reporter à un beau livre de Joël Bonnemaison, « La dernière île », où l’on voit un gendarme en retraite devenir le roi éphémère de Tanna, dans les Nouvelles-Hébrides. Admirable et très émouvant.

Publicités