On sait, grâce à La Fontaine et quelques suiveurs, que la chaine distingue le chien du loup. Ce serait la trace laissée par la chaine sur le cou de l’animal qui séparerait la servitude, avec ses avantages de sécurité et de nourriture garanties, de la liberté avec sa contrepartie de risques et d’inconfort. A propos des humains, Dostoïevski ne dit pas autre chose dans « Les Frères Karamazov ».

Il faut bien toutefois comprendre que lorsque notre fabuliste national rêvait dans les bois de Château-Thierry, il n’était pas en mesure de penser aux chaînes de télévisions. Heureusement d’ailleurs car il est sans doute plus bénéfique de s’inspirer d’Esope que de Cyril Hanouna.

Mais le fait est là : le groupe Orange vient de lancer, sous le nom particulièrement bien choisi de DOGTV, la première chaîne exclusivement destinée aux chiens. C’est un progrès immense puisque le meilleur ami de l’homme pourra enfin regarder les mêmes sottises télévisées que son maître. Avec un avantage cependant. Le programme spécial Médor-Rex-Bichon-Furax n’existant que sur un seul canal, le 110 si l’affaire vous intéresse, le chien ne sera pas obligé de zapper.

Comme beaucoup de nouveautés prodigieuses, celle-ci nous vient des Etats-Unis où l’on peut déjà rencontrer des précepteurs et des psychanalystes pour chiens ainsi que des agences matrimoniales spécialisées dans les unions à huit pattes. La cible des promoteurs de cette « étrange lucarne », c’est le chien domestique stressé. Le chien errant, le coyote ou le chien des prairies ne sont pas comptabilisés par l’audimat américain. Le véritable objectif s’apparente à du canisitting ; il s’agit de dorloter, par des images appropriées, le toutou traumatisé par l’absence de son maître.

Imaginez que vous êtes obligé de partir au travail, ou faire des courses ou encore vous enivrer dans un bar n’admettant pas les animaux ; vous pouvez installer votre compagnon devant les aventures de Rintintin, devant Lassie chien fidèle ou encore Belle et Sébastien. Pour le cas, le plus fréquent, où votre chien est riche d’une nature pacifique. S’il préfère la baston, un film sur les lapins de garenne lui fera le même effet que le leurre employé lors des courses de lévriers. Vous pouvez aussi essayer les classiques tels que Croc Blanc ou encore Titi et Grosminet. Pour les animaux les plus belliqueux, proposez Les Chiens de guerre. Evidemment, avec une seule chaîne, on est obligé de diversifier les programmes. Emissions culinaires avec croquettes et pâtées. Séquences météo avec, selon les cas, temps de chien ou froid de canard. Débats politiques sous forme de concerts d’aboiements enregistrés à l’occasion de chasses à courre. Et si vous ne voulez pas payer l’abonnement à la chaîne 110, vous pouvez toujours présenter à votre caniche les émissions de Michel Drucker qui ne se déplace jamais sans son chien. Allons, éteignons donc la télévision pour lire « Entre chien et loup », chroniques misanthropiques et talentueuses d’André Blanchard.

Publicités